top of page

Naufrage

Cette série participe d’une envie de témoigner de la place qu’occupe la nature, et plus particulièrement l'océan dans ma vie depuis 50 ans. D'origine bordelaise, l'Atlantique n’a cessé de bercer mon enfance. Il a apaisé les turbulences de mon adolescence. Sentir ses vagues me rend plus forte. Après 30 années passées à Paris, j’ai quitté cette ville pour changer d’environnement et vivre à nouveau au bord de l’eau, à Marseille.
 

L’eau subit aujourd’hui la plus grande pollution marine de son histoire, et c’est l’homme qui en est responsable. Si rien n’est fait, en 2050, il y aura, dans l’océan, plus de plastique que de poissons. Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment pouvons-nous encore contempler sans rien faire cette marée de déchets que nous imposons à la mer chaque jour ?
 

Chaque photo est pensée comme une traversée. Le premier carré s’impose au regard, oblige à fixer cette désolation. J’ai joué avec le grain si particulier du papier “Etching” et ses ondulations pour vous faire passer au travers. Vers le deuxième carré. Vers ce qu’il faut préserver. 
 

J’ai voulu me jouer des codes et de votre regard. Donner l’illusion de la faune ou de la flore marine. Faire passer le laid, le déchet, pour du beau. Embellir avec du bleu et des teintes dorées des mers du monde entier. Provoquer la confusion, effrayer, donner à réagir, puis souffler de l’espoir. Il reste tant de beauté à sauver.

bottom of page